Le récit en images d'une randonnée à vélo. Une petite boucle de 1200 km aux travers des départements de la Gironde, du Lot-et-Garonne, du Lot, et de la Dordogne.

09_08_07_3

La saison estivale se termine et l'envie de m'évader 2 semaines en itinérant me démange. Le 23 Août je m'apprête à quitter l'océan pour partir remonter la vallée du Lot en cyclotouriste.
C'est l'heure des derniers préparatifs, et pour ne pas renoncer à un petit confort le vélo sera chargé ! (tente, matelas, réchaud à gaz, cafetière, sac de couchage, éclairage, appareil photo etc.....)
rando1

Lundi 24 Août je pars de Lacanau et entame le périple par les pistes cyclables en direction du bassin d'Arcachon.
DSC_0004_3

Avide de kilomètres et de découvertes mes jambes s'emballent mais le poids du chargement me ramène vite à la raison. Au bout d'une trentaine de kilomètres je longe la partie Est du bassin où un parfum d'évasion me gagne.

24_08_09

DSC_0005_3

A Biganos je quitte la piste du bassin pour emprunter celle de Mios-Bazas qui traverse le parc naturel des Landes.
DSC_0006

DSC_0007_3

Il est midi au village de Salles, l'heure de grignoter un morceau en bordure de la Leyre, une petite rivière qui coule tranquille sous une galerie végétale. (à découvrir en canoë).
DSC_0004_1

DSC_0003_1

Le repas terminé, je poursuis sur cette voie verte en direction de Villandraut. Belle piste à faibles dénivelés, ça roule tout seul, enfin presque !, le vélo n'est pas ultralight, ça donne soif tout ça.
DSC_0005

Après avoir traversé Belin-Beliet, Hostens et Saint-Symphorien, j'arrive à 16h dans Villandraut. (Première journée 135 km de belles pistes cyclables).
DSC_0009

DSC_0008_3

Je m'installe dans un petit camping à proximité du château.
DSC_0011_1

A 9h30 le lendemain la tente est pliée et le vélo équipé, prêt à reprendre mon escapade. Au passage du village d' Uzeste le ciel s' obscurcie mais pour l'instant je suis encore sec. Pour combien de temps ?

DSC_0018

DSC_0013

En changeant de piste en direction de Langon les nuages deviennent plus menaçants et la pluie me surprend au lieu-dit La-Gare. Je sort les housses et le poncho, et poursuis mon "destin !". En quelques minutes c'est l'orage puis la foudre qui flash juste devant moi !. Pour ne pas finir grillé je dois rapidement trouver un abri. Sans hésiter je me précipite vers la terrasse d'une habitation. Les propriétaires très sympa m'offrent un grand bol de café et une longue causette le temps qu'une accalmie se profile. cool !. "merci pour le café au revoir"

je reprend la route...

DSC_0019

Mais après 5 km une nouvelle pluie battante s'abat sur moi, ce qui m'oblige à patienter un moment sous quelques arbres. Pour rejoindre la piste du canal de Garonne je vais devoir continuer sous la flotte..arrf...tant pis j'y vais !. Arrivé à Castets-en-Dorthe, une paillote au bord de l'eau me permet d'être enfin au sec et de me remplir l'estomac.

DSC_0022

DSC_0024

Ici les moustiques sont interdits de séjour. Et ce jour-la ils se planquaient tous, peut-être que trop d'eau pour un moustique ça l'fait pas !?

DSC_0023

La pluie a cessée, je descend maintenant cette magnifique voie verte bordée de platanes. Elle longe le canal sur d'anciens chemins de hallage. C'est tout plat, une autoroute pour vélos !

DSC_0032

DSC_0009_3

En milieu d'après-midi je roule dans le département du Lot-et-Garonne pour arriver en fin de journée à Damazan. C'est ici que je quitte le canal de Garonne où quelques cyclos poursuivent la piste jusqu'à Toulouse et au delà. (Deuxième journée 95 km, dont 45 humides et 50 au sec).

DSC_0033

Après avoir installé la tente je déambule dans le bourg de Damazan, un village Lot-et-Garonnais qui a du caractère. En soirée, marché des producteurs locaux avec ambiance musicale aux accents ibériques. (un régale pour les papilles)

DSC_0036

DSC_0037_1

Le lendemain cap à l' Est, retour sur le vélo et direction Aiguillon pour débuter la remontée du Lot par la véloroute.

DSC_0002_5

DSC_0038

L' itinéraire traverse une multitude de villages pittoresques bordant le Lot. Parmi eux : Clairac, Laparade, Castelmoron, Casseneuil etc..

DSC_0040

DSC_0043

DSC_0041

Belle journée ensoleillée et chaude, et même très chaude lorsque je suis monté à Penne-d'Agennais. La véloroute passait au bas de ce village médiévale, mais la curiosité m'a amené là-haut. Sous une chaleur accablante,les jambes tétanisées et les mains crispées au guidon, je suis arrivé sur cette bosse ridicule ! pfff (je suis un vrai mulet dans des pentes pareilles, trop de poids embarqué arrf !). Alors pour que je n'ai pas mouillé le tee-shirt pour rien vous avez droit aux images (panorama sur la vallée du Lot).

DSC_0046_1

DSC_0044

DSC_0047

Descente de Penne-d'Agennais  puis poursuite de la véloroute en direction de Fumel. Après une longue remontée de la vallée, la bouche asséchée et mes 2 bidons vides, je suis rentré dans un bar de Saint-Vite pour y boire un mémorable coca bien frais. Le soir camping à Condat au bord du Lot et piscine !, le bonheur quoi !. Et enfin repas dans un petit resto du coin, non en fait c'était un gros repas en compagnie de quelques locaux (pour un modique 11 euros). Estomac repus et le gars à vélo comblé ! "merci c'était excellent, au revoir". Il me restait plus qu'une chose à faire : Dormir !. (107 km rassasié !, beaucoup roulé, beaucoup mangé).

DSC_0003_5

Au matin du quatrième jour c'est l'heure du café traditionnel. Le château de Bonaguil étant pas très loin d'ici je me dois de lui rendre une petite visite en matinée.

DSC_0048

Arrivé à Bonaguil, j'y découvre un château imposant posé au milieu de nulle part.(drôle d'idée !)

DSC_0052_1

DSC_0056

Après cette visite "de courtoisie" je repars vers Condat. Bye bye Bonaguil.

DSC_0057

Je quitte le camping en début d'après-midi pour reprendre ma remontée de la vallée. Des villages typiques s'égrènent le long du Lot comme ici Puy-L' Eveque...

DSC_0061

DSC_0063

Ou encore Albas.

DSC_0065

DSC_0069

En fin de journée j'arrive dans la petite bourgade de Luzech à quelques encablures de Cahors.(85 km au zénith). J'y fais une halte d'une journée pour prendre un peu de repos et préparer vaguement la suite de l'itinéraire. RAS farniente.

DSC_0016_1

Au matin du 6ème jour je quitte Luzech et arrive à Cahors. C'est ici que la véloroute prend fin. Je vais maintenant tracer mon parcours par des petites routes secondaires sans utiliser de GPS dernier cri. Les bonnes cartes michelin feront l'affaire et elles sont à mon goût idéales (pour le vélo). Mais avant ça j' emprunte l'emblématique pont Valentré.

DSC_0072

 

DSC_0073

DSC_0075

Je roule à présent sur la D8 qui monte et serpente sur les hauteurs du causse.

DSC_0007

C'est sur cette route de cocagne que je découvre par une vue plongeante St-Cirq-Lapopie (village classé).

DSC_0077

Une photo de 1930 posée sur marbre rappelle que le village est immuable.

DSC_0078

DSC_0079

Les images parlent d'elles-même...

DSC_0088

DSC_0087

DSC_0084

DSC_0080

Après visite et "sandwich boisson fraîche", je continue mon chemin sur la D8

DSC_0089

La route longe maintenant la rive gauche du Lot en passant par Cénevières et son château...

DSC_0090

et elle flirte de temps à autres le long des parois rocheuses qui agissent comme une vraie "clime".

DSC_0096

Comment ne pas conseiller cet itinéraire à tous les cyclos, la D8 est splendide avec en plus un très faible trafic !.

DSC_0091

DSC_0097

C'est comme ça que j'arrive à Cajarc (aux portes de l'Aveyron) où j'y installe la tente en milieu d'après-midi. (85 km plein les yeux). Je profite du marché des producteurs locaux pour faire le ravitaillement et me balader dans quelques ruelles.

DSC_0098

C'est à 10h30 le lendemain que je quitte Cajarc et poursuis le long de la rivière. D'abord sur la rive droite (côté Lot) jusqu'à Larroque-Toirac...

DSC_0103

puis sur la rive gauche (côté Aveyron) jusqu'à Capdenac. Voilà !, ma remontée du Lot se termine ici. Je quitte la vallée que je côtoyais depuis 5 jours et poursuis mon chemin vers Figeac.

DSC_0107_1

Il est 13 heures quand je rentre dans le centre ville de Figeac pour un "sandwich boisson fraîche". Peu de monde, c'est dimanche.

DSC_0110

Après une petite heure de pose, je me dirige sous le soleil Lotois vers la vallée du Célé.

DSC_0001

Je longe maintenant le Célé, ce petit affluent du Lot sillonne au pied des falaises calcaires et traverse les villages de Espagnac-Ste-Eulalie, Marcilhac, ou encore Sauliac

DSC_0117

DSC_0115

DSC_0116

Plus je descends la vallée et plus le décor devient surprenant.

DSC_0119

DSC_0120

DSC_0130

La route me mène en fin de journée à Cabrerets. (100km et une vallée mythique). Une vielle photo témoigne du passé du village qui n'a pas beaucoup changé aujourd'hui.

DSC_0141

DSC_0142

J'installe la tente face à l'entrée du village où une légende s'y raconte.

DSC_0132

A quelques centaines de mètres de là je découvre un curieux château appelé : château du diable !.

DSC_0136

DSC_0144

Et bien sur avec un nom pareil une légende y circule

DSC_0147

Ce soir-là c'était pas la nuit de noël, mais j'ai vu la chevrette blanche !. Allez, je vous mets la photo en preuve.

DSC_0137_1

Le lendemain je quitte presque avec regret Cabrerets, le Célé, et son étonnante vallée.

DSC_0148

La D42 m'amène sur les hauteurs du causse de Gramat. J'en ai un peu bavé dans la longue montée, mais le causse est rude paraît-il !. Des murets de pierres sèches jalonnent les routes dans un décor authentique.

DSC_0150

DSC_0149

Un vent chaud venant du Sud souffle sur les hauteurs, certains disent que c'est le vent des fous. Tout ça sous un soleil de plomb, il y avait un fou de plus c'était moi !.

DSC_0156

Je traverse comme ça Orniac, Sénaillac et Caniac pour arriver à "Fontac", ouups je veux dire Fontanes !( Je m'y perd avec tous ces "ac"). Et sur le mur de l'église un panneau un peu particulier qu'on ne trouve qu'ici je suppose.

DSC_0152

Quelques kilomètres plus loin j'arrive à Lunegarde. J'y trouve une petite place ombragée et un robinet d'eau fraîche, l'endroit rêvé pour grignoter et se rafraichir les idées.

DSC_0162

DSC_0163

Je reprend ensuite mon fidèle compagnon à deux roues sur la D42

DSC_0015_1

DSC_0167

Le vent des fous me pousse jusqu'à Reilhac (tiens un "ac" !). Et c'est dans ce village du causse que j'apprends l'existence d'un triangle noir !

DSC_0160

Alors c'est quoi cet étrange triangle noir ?!

DSC_0169

Dommage il fait jour et j'ai encore de la route. J'emprunte maintenant la D14.

DSC_0171

DSC_0172

Certains se mettent à l'ombre et se désaltèrent pendant que d'autres pédalent au soleil. Enfin je crois que ce jour-là j'étais le seul à pédaler dans ce coin.

DSC_0178

J'ai toujours eu une totale confiance sur certains panneaux, et j'ai eu raison d'y croire.

DSC_0174_1

Après avoir traversé Gramat, je quitte le causse pour arriver au cirque d'Autoire. Je m'aperçois ici que j'étais monté très haut et que je vais pouvoir descendre très bas ! (un peu comme au ski). Une belle descente en roue libre pour rejoindre la vallée de Saint-Céré. Ca va l'faire ! surtout en fin de journée.

DSC_0180

C'est sans donner un seul coup de pédales que j'arrive à Autoire (village classé). Longue discussion avec un villageois un peu bavard, mais j'avais pas trop le temps. "j'ai encore de la route, désolé, au revoir".

DSC_0184

DSC_0189

Je poursuis mon chemin et arrive à Saint-Céré vers 18h30. (80km insolites). Au camping municipal, emplacement spécial réservé aux cyclos et randonneurs, tables de jardins à disposition, séchoir à linge, bref le grand luxe. Et une piscine que j'ai vite fait de tester en arrivant, ça c'était pour la "cerise !". Le tout pour un petit 5 euros. Si quelques cyclos passent par-là n' hésitez pas. Mais la cerise du gâteau a vite été avalée quand je me suis réveillé au matin sous un ciel menaçant. Pluie et orages pour la journée, ce qui veut dire rester sur place. Ce jour-la RAS, juste une sortie de 35 km pour une visite au village de Loubressac.

DSC_0192

Le lendemain je reprends ma petite vie d'itinérant en me dirigeant vers les rives de la Dordogne Lotoise. Le ciel est voilé mais il fait bon pédaler et il y a toujours une curiosité sur la route, comme ici le château de Castelnau...

DSC_0194

Ou un peu plus loin le village de Carennac. (quelques ressemblances bretonnes?)

DSC_0195

La D43 et la D23 longent les parois calcaires des bords de rivière pour me mener à Lacave .

DSC_0203

Il est 13h quand j'arrive à Lacave et mon estomac me réclame. Petite halte devant ce promontoire rocheux.

DSC_0204

Après le plein d'énergie je rejoins les hauteurs du Causse par une longue montée, ça devient une habitude maintenant : "même pas mal !"

DSC_0206

DSC_0208

Au bout de la route une vue magnifique sur Rocamadour. C'est de l'extérieur que le site prend toute sa dimension, à l'intérieur il n'y a que boutiques,restos, et trop de monde.

DSC_0210

DSC_0214

Avec un peu d'imagination on pourrait croire à un décor de Far West.

DSC_0216

C'est joli mais ça monte et ça descend en permanence. De "même pas mal" je suis passé au stade "un peu mal" !. Par la D32 je me dirige vers Labastide-Murat pour rejoindre la vallée d'un petit cours d'eau nommé le Céou. Et c'est où tout ça ?

DSC_0001_2

Après un long chemin, c'est une arrivée un peu tardive à Vaillac, puis St-Germain-Du-Bel-Air. (115 km de yoyo).

DSC_0219_1

Le réveil matinal se fait sous la pluie mais une accalmie se dessine et je poursuis mon chemin en suivant la vallée.

DSC_0221

DSC_0027_1

DSC_0222

Le Céou m'amène vers la vallée de la Dordogne et notamment Domme où un copain m'attend pour midi.

DSC_0224

Après un bon repas et le bavardage des retrouvailles, je reprend la route que vers 16H. J'emprunte la D50 puis la D53 qui passe par les hauteurs de Belves.

DSC_0226

De là un vent de face me fait front jusqu'à Beaumont du Périgord. Fin de journée galère, je peste "sur mon compagnon à 2 roues" pour une crevaison. C'est pas le moment, il est tard et j'ai pas encore d'emplacement pour la nuit. Je finis par trouver un camping rurale au bout d'une interminable montée ! arrf ! "sans commentaire" !. (95 km plein les guiboles).

DSC_0028_1

Vers 10h du matin je repars en sillonnant sur les coteaux du Périgord. Un vent d'ouest en plein piff me donne l'impression d'avoir un parachute dans le dos !. Je pédale sur le plat, je pédale dans les montées, et je pédale dans les descentes !!. J'arrive vers 13h dans un resto de Monbazillac où je m'offre une grosse salade Périgourdine et un grand bol de frites. Pour la digestion une petite leçon d'orientation face à la vaste plaine de Bergerac.

DSC_0229

DSC_0230

Je me dirige ensuite plein ouest en direction de St Foy-La-Grande, et comme le vent est toujours orienté ouest je lui fait face.

DSC_0030_1

Passé St-Foy-La-Grande je longe la rive gauche de la Dordogne en traversant le village de Eynesse, puis Pessac-s-Dordogne où quelques pêcheurs pénards taquinent le poisson.

DSC_0235_1

Je quitte ensuite la tranquillité de la rivière pour côtoyer le château de Montaigne et sa campagne authentique.

DSC_0241

J' arrive en fin de journée au terme de mon avant dernière étape pour une visite familiale. (85 km toutes voiles dehors). C'est un bon repas qui m'attend et un vrai lit. (me rapelle plus c'que c'est un lit !)

DSC_0031_1

Je me réveille donc en pleine forme pour l'ultime journée où près de 165 km m'attendent. Ciel bleu et pas de vent, c'est plutôt une bonne nouvelle. P'tit-dèj, grand bol de café et hop !... le vélo me manquait !.

DSC_0246

J'emprunte la D21 et la D17 qui me mène au pied de l'abbaye de Blasimon.

DSC_0247

Puis je serpente dans la région de l'entre-de-mer pour arriver quelques km plus loin dans la bastide de Sauveterre-De-Guyenne.

DSC_0249

C'est ici que je retrouve les pistes cyclables de Gironde.

DSC_0255

Celle nommée Roger Lapébie relie Sauveterre à Bordeaux au travers d'un paysage bucolique bordé de vignes, de champs de cultures, et d'anciennes gares rénovées.

DSC_0253

DSC_0256

A Espiet pause repas sur une aire de pique-nique puis poursuite du trajet.

DSC_0001_3

J'arrive à Bordeaux par la rive droite et emprunte le pont de pierre pour rejoindre les quais du bord de Garonne.

DSC_0259

DSC_0260

DSC_0262

Après une progression assez lente dans l'agglomération, je m'engage sur la piste Bordeaux-Lacanau où de grandes lignes droites traversent la forêt Landaise à perte de vue. Tout au bout l' Océan m'attend.

DSC_0263

DSC_0004_5

Ma petite vie de nomade s'arrête ici. (1200 km de plaisir). Je remercie tous les gens rencontrés sur la route (ceux qui m'ont encouragés sur les bords des chemins et ailleurs, ceux qui m'ont spontanément pris en photos, ceux qui m'ont hébergés et nourris quelques-fois). Et puis bien sur un remerciement particulier à mon plus fidèle compagnon (le vélo), infidèle qu'une seule fois pour une crevaison. arrf!.. je lui en veux pas.

"Une fois qu'on est en route, on ne connaît ni adieu ni regret, il devient chaque jour un peu moins possible de faire demi-tour, on ne le souhaite d'ailleurs plus" Annemarie Schwarzenbach

rando_lot_5